Stéphanie Marin

La « dune » ーméridienne composée de courbes et couleurs délicates ; la « sChaise » ーau siège incliné qu’un tissu élastique enrobe ; les « livingstones » – coussins cyclopéens en forme de pierres ; la « livingisland » – une table en bois, îlienne, qui surnage dans l’air ; « le sifflu » – une pipe faite à partir du métal doré qui ressemble à un rameau.

J’ai eu l’occasion un jour d’éprouver en vrai, dans son atelier, les objets que la designer Stéphanie Marin conçoit. ​

J’allonge mon corps avec précaution contre les courbes d’une dune. Sur la sChaise je dépose mes hanches, guidée par l’élasticité du siège et je demeure plongée dans cette sensation du mouvement de haut en bas que mon corps réitère doucement. Appliquant mes lèvres au bout du sifflu, j’inspire, et la conscience se fige sur ma respiration. ​

Guidée par les objets qui me font prendre des poses ou faire des mouvements dont je n’ai pas l’habitude dans la vie de tous les jours, initialement je ressens, dans mon corps, de la maladresse et un certain malaise. Or, après quelques instants, la sensation que mon corps s’unit à l’objet s’éveille en moi et un étrange bien-être m’éprend. Les yeux clos, comme en méditation, lorsque je dirige ma conscience vers cette sensation du corps, soudainement, l’impression d’avoir plongé dans le grand bleu, le parfum du bord de mer où s’éparpillent des cailloux, la lumière aurorale d’un matin quand le réveil est d’une légèreté étonnante, toutes ces sensations, tels des flash-back, ont ravivé mes souvenirs et comme par inadvertance j’ai ouvert les yeux.

Stéphanie Marin et ses objets nous amènent à reprendre conscience de la sensibilité du corps, et nous enseignent à travers lui à cultiver la créativité qui gît en secret en chacun de nous.

 

la sChaise ©smarin

 

livingstones ©smarin
nap bar ©smarin

Comment qualifieriez vous votre art ?
Design : concevoir des objets, en tenant compte des systèmes et des interactions qui sont impliquées dans cette activité.

Qu’est-ce-qui est le plus important pour vous permettre de créer et dans votre travail en général ?
Il est très important de pouvoir réunir plusieurs conditions que nous avons déterminées,
comme par exemple: nous décidons des projets sur lesquels nous nous engageons, et ne subissons que très peu les contraintes d’un marché nous nous engageons totalement au service des utilisateurs de nos créations et envisageons de trouver des propositions très innovantes.

Nos journées de travail se déroulent dans un atelier agréable où il n’a a pas beaucoup de substances toxiques.
Notre équipe travaille dans un climat harmonieux et non stressant.

Les créations produites sont le plus saines possible pour l’utilisateur : nous travaillons dans le sens d’un impact minimum sur l’environnement : elles peuvent être très solides, et ne pas craindre les manipulations, elles peuvent se recycler et se convertir facilement, elles peuvent proposer de très bonnes habitudes gestuelles, elles peuvent permettre d’habiter un lieu sans l’impacter.

smarin studio ©smarin
studio of smarin ©smarin

 

studio of smarin ©smarin

 

studio of smarin ©smarin

 

Quelle sont vos sources d’inspiration ?
L’humour, la légèreté, les formes de la Nature, les gens, les animaux, les plantes !
Les micro interactions entre tout cela.

 

Pourquoi est-ce que vous avez choisi ce moyen d’expression?
Je n’ai pas choisi, c’est ce qui était le plus simple pour moi.

 

smarin studio ©smarin
Stéphanie Marin et le Japon

Est-ce que vous aimez le Japon?
Oui j’aime certaines idées qui m’en viennent.
J’aime le thé Genmai-cha de temps en temps.

Est-ce que vous avez des expériences ou des souvenirs particuliers sur le Japon?
J’ai eu de très belles années de collaboration franco japonaises, de 1990 à 2000 notamment car mes clients japonais venaient à Nice chercher mes créations en textile recyclé ( dans le domaine du vêtement ). Il y a eu des journées de travail partagé très réjouissantes.

fantasticks ©smarin

Est-ce qu’il y a des artistes ou des œuvres d’art japonais qui vous intéressent ?
Hayao Miyazaki, Akira Kurosawa, Isamu Noguchi, Hokusai, Shigeru Ban
La série midnight diner / tokyo stories

 

Comment voyez vous les artistes japonais et leurs œuvres?
Subtils, j’aime leur côté animiste.

 

Pensez-vous qu’il existe des différences entre l’art français et l’art japonais?
Je ne sais pas… il y a tellement de différences entre un humain et un autre, à attribuer à tellement de paramètres… Ce sera difficile pour moi de généraliser.

le salon géologique – stéphanie marin & yto barrada aspen art museum ©smarin

Si vous avez prévu d’exposer prochainement ou d’autres activités, pourriez-vous m’en communiquer les dates et les lieux?

-Un exposition <TROP CLASSE!>au MAIF SOCIAL CLUB à Paris à partir de septembre, nous avons réalisé la scénographie et exposerons aussi pour la première fois le SIGN SYSTEM un jeu dans l’espace, à partir de signes pour dessiner, écrire, une typographie à composer en langues romaines et arabe.
-“INSIDE MATISSE” un projet de dispositif pour les visiteurs de l’exposition de Henri Matisse<MATISSE, COMME UN ROMAN> au Centre Pompidou à partir de OCTOBRE 2020.
Ils pourront s’immerger dans l’univers du peintre, dans un atelier de pratique autonome. Il s’agit de structures à disposer librement et de jeux de couleurs et de motifs de tissus à disposer pour créer un cadre et faire l’image.

les marches – Stéphanie Marin & Céleste boursier Mougenot ©smarin
Stéphanie Marin
Elle vit et travaille à Nice. En 1990, elle développe un projet de recyclage textile entre Amsterdam, Hambourg et Barcelone. Cinq ans plus tard, elle développe la ligne de vêtements «Habits Magiques», des structures polyvalentes, en matières naturelles et teintures artisanales, distribuées dans les enseignes internationales du monde de la mode. En 2003, elle étend ses recherches au design et à l’habitat, elle crée les coussins galets Livingstones et fonde le studio smarin.

Le studio smarin
Depuis 15 ans, smarin conçoit, développe et distribue des projets de design dans les domaines du mobilier, de la scénographie et de l’aménagement d’espaces, dans le monde entier.
Une des singularités de smarin est son approche transversale : le studio intègre les fonctions de conception, de fabrication et de diffusion. Le processus de création s’attache autant à l’esthétique des créations qu’à la recherche de matériaux sains et à l’échelle de production la plus juste.

L’ensemble de ses objets et dispositifs sont conçus et fabriqués en France, pour la majorité dans l’atelier smarin.
Aujourd’hui, ses projets sont diffusés dans plus de 150 pays à travers le monde, toujours dans l’esprit d’une recherche fonctionnelle, saine et esthétique, indissociablement de ses choix de production, d’image et de diffusion. smarin a développé plus de 250 projets d’envergure dans des secteurs divers comme les institutions culturelles – théâtres, musées, galeries, médiathèques-, le secteur hôtelier de luxe, les centres commerciaux ou les aéroports.

https://www.smarin.net/

 

(Texte : Ayami Ijima / Traduit du japonais : Wiktor Ziolkiewicz)

Posts created 18

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut